Eglise Saint-Pierre à Changé

Classé ou inscrit (CNMHS) ,  Eglise à Changé
  • L’actuelle église St Pierre, de style néogothique, fut érigée de 1869 à 1879 par les architectes Renous et Boutreux car l’église reconstruite au 12è siècle était trop petite.

    Église primitive et église paroissiale St Pierre :

    Sa fondation dans les premiers siècles du christianisme par Saint Thuribe, compagnon de Saint Julien (premier évêque du Mans) marque l'importance de Changé (Cambiacus) à l’époque gallo-romaine (cercueil en grès coquillier proche de l’église).

    Saint Aldric, évêque du Mans au milieu 9è siècle, fonde l’église primitive, celle-ci sera pillée et incendiée sous Charles-le-Chauve (860-865).

    Une seconde église, dédiée à Saint Pierre, est érigée à l’époque romane vers 1100, desservie par les bénédictins d’Evron. L'église reçoit un chœur voûté en moellons reposant sur des piliers ronds de Grès Roussard. Le sol de la nef est pavé de pierres tombales dont deux sont visibles au chevet (1754), à l’extérieur. Des peintures murales ornant le chœur ont été découvertes pendant des travaux en 1852.

    Jusqu’à la révolution française, trois cloches dont seule la grosse, la Marie-Jeanne Geneviève (filleule du Duc de la Trémoille, comte de Laval, patron de la paroisse) bénite en 1754, existe toujours.
    Le confessionnal du transept sud date de 1767 (date et initiales du curé Pierre Rousseau sur ferronnerie de la porte).

    L’actuelle église St Pierre, de style néogothique, fut érigée de 1869 à 1879 par les architectes Renous et Boutreux car l’église reconstruite au 12è siècle était trop petite.
    La première pierre de la nouvelle construction est posée le 23 septembre 1869 et la construction recouvre l’ancienne église et l’ancien cimetière. La nef est érigée en 1870, le chœur et le transept en 1871-72. Elle est terminée en 1872 et les voûtes de la nef sont finies en 1879 avec la pose d’une armature en fer car le sol était instable. La tour n’est jamais achevée, ni couronnée de la flèche de pierre prévue. Les vitraux sont détruits pendant la 2nde Guerre Mondiale L’ensemble fut restauré à la fin du 20è siècle.

    L'intérieur est réalisé également dans le pur style néo-gothique : voûtes nervurées sur croisées d'ogives, nervures tombant sur des chapiteaux végétaux et colonnes à 3 fasces d'un seul jet. Le mobilier est également de style néo-gothique (maître-autel et retable de Saint Joseph et la Vierge)

Ouvertures
Périodes d'ouvertures
  • Toute l'année