Une origine gauloise

Commençons notre découverte de Parné en remontant le temps jusqu'aux origines du village. Le nom de la commune vient du nom du propriétaire d'une villa gallo-romaine (vaste domaine agricole) : Patriniascus. Cette dernière fut repérée par prospection aérienne en 1976. Au début du christianisme, une première chapelle fut élevée sur le domaine. Celle-ci marquerait l'origine de l'église de Parné.

Une église drôlement couronné

Justement approchons-nous de cette dernière. Nous nous trouvons en face d'un imposant clocher-porche du 12è siècle qui a la particularité d'être couvert en pierre, ce qui a laissé un dicton fort sympathique : on dit qu'il y a autant de belles filles à Parné que d'ardoises sur son toit ! C'est l'unique clocher roman du département de la Mayenne !

Un intérieur riche en peintures

Entrons maintenant dans l'église, profitez, avant de continuer votre visite, du petit film relatant l'histoire de Parné. Vous pénétrez ensuite dans la nef de l'église, c'est la partie la plus ancienne de la construction (11è siècle). Prenez le temps d'admirer les peintures murales mises au jour vers 1950, et qui datent du 16è siècle. Sur votre gauche vous pourrez tout d'abord reconnaître la Vierge Marie ici transpercée de 7 épées (Notre-Dame des 7 douleurs) ; la deuxième peinture représente Saint-Jérôme, un ermite ; nous avons ensuite une scène représentant Saint Crespin et Saint Crépinien, patrons des métiers du cuir, en train de fabriquer des chaussures ; et pour terminer une représentation de Saint-Joseph (que l'on reconnaît à la présence d'une équerre et d'une hache) ici peint en compagnie du Christ tenant le monde dans ses mains.

Sur votre droite, à l'entrée de la nef, une scène pleine d'humour représentant Saint-Martin faisant la messe avec dans l’assistance deux femmes en train de discuter au lieu  d'écouter le prêche. Juste derrière elles le diable et son assistant essayent de noter tout ce qu'elles disent pour les emporter au paradis, mais ces dernières discutent tellement que le phylactère sur lequel ils prenaient des notes se casse ! A la suite deux autre scènes sont représentées mais plus effacées : sur la première, Saint-Tugal, Saint patron de la ville de Laval, est représenté en tenue d’évêque ; sur la seconde, les saints patrons des médecins, chirurgiens et barbiers, Saint-Côme et Saint-Damien, ici peints en train d'observer le contenu d'une fiole.

Un mobilier digne d’intérêt

Continuons notre découverte de l'église en notant sur votre droite la présence d'une chaire à prêcher assez surprenante, datant des 17è-18è siècles. Dans l'absidiole du transept gauche, un magnifique groupe sculpté du 17è siècle ayant appartenu à la chapelle des Calvairiennes à Mayenne.

Le village

En ressortant de l'église vous ne pourrez pas rater la maison aux deux tourelles d'escalier. A l'origine, il y avait deux maisons présentant chacune sa tourelle d'escalier en façade, elles furent réunies en une seule habitation, sans doute au 18è siècle.

Remontez la Grande Rue en prenant le temps d'observer les anciennes maisons de tisserands reconnaissable aux petits soupiraux au niveau de la rue, qui permettaient aux tisserands de travailler dans leur cave.

Au bout de la rue, vous aurez en face de vous une maison particulière dont la façade est couverte de briques. Elle a été construite au 19è siècle par un des deux propriétaires (M. Charles Fripper) de la maison à pan de bois que vous pouvez voir sur la droite.

Descendez maintenant la rue aux Chèvres, en bas de celle-ci dirigez-vous vers la droite. Juste avant de sortir de la commune, vous pourrez voir des fours à chaux du 19è siècle ainsi que six maisons ouvrières collées à ces derniers. L'activité de production de chaux à Parné fut relativement importante puisqu'en 1895 il y avait 50 ouvriers à travailler sur le site.

Revenez sur vos pas, puis en face de la rue aux Chèvres descendez la rue du Val d'Ouette. En bas un joli petit pont médiéval enjambe la rivière l'Ouette. Il était emprunté au Moyen-Age pour se rendre à Laval en suivant le chemin Valais (vers le Mont Saint Michel).

Pour terminer votre découverte de Parné sur Roc, remontez par le roquet de la cour Foret. Arrivez en haut, la maison Faucheux vous fera face, elle épouse elle aussi le style de la maison Frippier avec sa façade en briques.